PROGRAMMES ACTUELS

« What is our life ? »… music for private use

Répertoire du notre album éponyme paru en novembre 2017 au label L’Autre Monde.

Doublement vocal et instrumental le programme de « What is our life ?… music for private «  est dédié aux « Months » (c. 1656) de C. Simpson, savantes fantaisies dites « breaking-grounds » écrites pour un dessus, deux basses de viole et orgue en continuo, ainsi qu’au célèbre « First set of madrigals » (1612) de Gibbons, recueil de consort songs à cinq parties où la voix de Delphine Cadet se mêle aux lignes des violes de manière à faire ressortir le discours doublement mélodique et harmonique de chaque madrigal dont la couleur musicale exprime celle d’un poème pastoral ou moral.
A l’expression du moi poétisé par ces songs, nous avons choisi d’associer l’allégorie du temps, incarnée dans Les Mois de l’année de Christopher Simpson, dont l’impressionnisme des tableaux successifs souligne l’ambivalence qui unit les saisons de l’âme et la réalité du monde, le temps d’une ‘private music party’.

 

« Le Psaume et sa chanson », chansons spirituelles et psaumes en vers français de la Renaissance

Répertoire de psaumes et de chansons évangéliques traduits par Clément Marot, Théodore de Bèze et Marguerite de Navarre, mis en musique de 3 à 5 parties par Clément Janequin, Francesco de Layolle, Benedictus Appenzeller, Claude Goudimel, Jean Servin, Paschal de L’Estocart.
Dans l’esprit du « concert domestique » tel que le réformateur Jean Calvin en encourageait la pratique – pour « s’esjouir vertueusement ès maisons », le programme de ce concert entend illustrer la valeur symbolique qui était attachée à la pratique musicale aux premiers temps de la Réforme : un symbole de concorde entre les hommes.Oeuvres polyphoniques de 3 à 5 voix, de Josquin des Prez à Claude Le Jeune, mettant en regard des traductions de psaumes en latin et en français, de Saint-Jérôme, Georges Buchanan, Clément Marot et Théodore de Bèze. Programme modulable..

 

 

 

« Ecoute ma chanson », intermède polyphonique en hommage à… Molière

Ecoute ma chanson !

‘Ecoute ma chanson’, intermède en chansons composé à l’usage de Jean-Baptiste P*** collégien, par Ghislain Dibie.

La Compagnie des Planètes (alias Le Concert des planètes) présente endosse l’habit de scène sur les planches d’un théâtre, dans un intermède comique plongeant les enfants de la langue de Molière que nous sommes tous aujourd’hui, dans le climat post-renaissant de la branche musicienne de la famille de Molière, celle des Mazuel, qui baigna son enfance.

Telle une parade annonçant la carrière en devenir du grand homme, Ecoute ma chanson met en avant dans un dialogue réunissant trois figures pastorales Satyre, Tyrcis et Philis, une allégorie invisible, celle de la chanson. Cette mère ou grand-mère dont Molière fut certainement l’enfant, celui des chansons poétiques et populaires écrites par Marot, Ronsard, Janequin et d’autres chansonniers anonymes de la Renaissance, dont celui qui reste le père du français moderne sut distiller tout le génie.

___________

Comédiens – musiciens

Philis : Delphine Cadet, voix de dessus
Tircis : Damien Rivière, voix de tenor
Satyre : Cyrille Métivier, joueur de cornet à bouquin
Trois violes de gambes : Alice Cota, Aude-Marie Piloz, Naomi Inoué
Un orgue portatif : Ghislain Dibie

********************                                           *************************                                       *********************

En l’amoureux voyage‘ ou l’amour en croisade

Programme vocal & instrumental.

Intrigue amoureuse tissée sur le texte de chansons polyphoniques se succédant comme un dialogue ou un récit, de Josquin à Swellinck, marquées par le thème de l’éloignement, du voyage, de l’exil du corps et du cœur de deux amants poétiques… dont la musique nous fait partager les sentiers.

Oeuvres de Josquin, Certon, Bertrand, Nicole Renés, Sweelinck, Gombert.

 

2014 – « Qui te pourrait, vertu, voir toute nue… » / Le Psaume réinventé : Les Quatrains du Sieur de Pibrac  Florilège de chansons spirituelles de la Renaissance française proposé dans le cadre d’un projet d’édition des Cent-vingt six quatrains du Sieur de Pibrac mis en musique de 2 à 6 parties par Paschal de L’Estocart.

 

Affiche Autant en emporte le vent

2013 « Autant en emporte le vent » Airs et chansons de cour sous le règne d’Henry IV – Œuvres de Lassus, Du Caurroy, Le Jeune, L’Estocart.

 

 

 

2013 – « Entre espoir et mélancolie » : Anthems, psaumes et chansons spirituelles anglais pour mezzo-soprano, chœur de chambre et consort de violes (Dowland, Byrd, Gibbons, Tomkins). Avec Lucile Richardot (mezzo-soprano) et l’ensemble vocal Pythagore (direction Jan Jeroen Bredewold).

 

 

 

2012 – « Ach ! » : programme vocal et instrumental de fantaisies, airs, lamenti et chorals anglais et allemands du XVIIème siècle (Gibbons, Jenkins, Lawes, Schütz, J.-M. Bach, J.-Christoph Bach et J.-S. Bach). Avec Lucile Richardot (mezzo-soprano)

 

 

 

 

2011 – « Chantez à Dieu chanson nouvelle / Les chansons spirituelles de Clément Marot » : programme vocal et instrumental de psaumes français de la Réforme (Goudimel, L’Estocart, Le Jeune et Sweelinck). Avec Anne-Marie Beaudette (soprano), Lucile Richardot (mezzo-soprano), Marc Valero (ténor) et Jan Jeroen Bredewold (basse).

 

 

 

2011 – « Musique à la cour d’Elisabeth Ière » : programme pour mezzo-soprano, chœur de chambre et consort de violes (Dowland, Gibbons, Purcell). Avec Lucile Richardot (mezzo-soprano) et le Madrigal de Paris (direction Pierre Calmelet).

 

 

 

 

2011 – « Musica Transalpina » : programme vocal et instrumental de madrigaux italiens et anglais du début du XVIIe siècle (Monteverdi, Ferrabosco I, Coprario, Ward, Gibbons). Avec Lucile Richardot (mezzo-soprano).

 

 

 

 

2010 – « Ye sacred Muses » : programme vocal et instrumental de consort songs et fantaisies d’influence italienne sous les règles d’Elisabeth Ière, Jacques Ier et Charles Ier (Tallis, Byrd, Dowland, Coprario, Mico, Dering, Lawes). Avec Lucile Richardot (mezzo-soprano).

 

 

 

2009 – « My Selfe » : programme instrumental proposant d’illustrer une vie imaginaire d’Anthony Holborne, compositeur anglais de la fin du XVIe s. (1545-1602), à partir des titres des pièces du recueil Pavans, gaillards, almains and other short airs to 5 parts, publié à Londres en 1599.